Entreprendre 2K17

La digitalisation des banques, est-elle rentable ?

Ouvrir un compte épargne en quelques clics, demander un crédit à toutes heures depuis son smartphone, consulter son relevé bancaire n’importe où, n’importe quand… autant de gestes qui sont déjà ancrées dans les habitudes de l’Homme moderne. Croyez-le ou pas, il y a quelques années, il n’était pas si simple de gérer sa situation financière.

Améliorer le quotidien des clients grâce aux nouvelles technologies

L’amélioration de la situation est la résultante directe des gros efforts que les banques ont effectué pour se digitaliser, explique Alain Gonnard, Secrétaire Général du Crédit Agricole Alpes-Provence. Externaliser certains process, automatiser certaines réponses : nombre de structures financières comme le Crédit agricole Alpes Provence ne reculent devant rien pour faciliter la vie de leurs clients.

Mais au vu des prix de plus en plus bas pratiqués par ces entreprises, il est naturel de se demander si cette folie du numérique reste rentable ou si c’est juste un effet de mode temporaire.

La réponse à cette question passe obligatoirement par la définition de la digitalisation.

Qu’entend-on par digitalisation des banques ?

Il s’agit pour les banques d’utiliser les NTIC pour adopter une nouvelle démarche centrée sur le client. Pour cela, trois axes principaux sont à travailler :

Ces trois points sont ceux qui distinguent les banques digitales à l’instar de la caisse régionale ou du Crédit agricole Alpes Provence des banques traditionnelles.

Se mettre à l’ère du numérique n’est pas de tout repos. Le besoin en infrastructures dédiées et en personnel qualifié est une réalité financière à ne pas négliger. Toutefois, vous n’avez aucune crainte à avoir : votre banque numérique ne risque pas de fermer ses portes de si tôt !

La digitalisation des banques est bel et bien une opération très rentable. Comment ? Les réponses se trouvent dans la partie suivante.

Pourquoi la digitalisation des banques les rendent-elles rentables ?

Si les investissements liés à la mise en place des structures digitales sont onéreux, ils sont très vite amortis. Les banques qui ont fait le choix de miser sur le digital sont les plus rentables. À titre d’illustration, le Crédit agricole Alpes Provence, avec son innovation numérique, reste et demeure la banque la plus rentable de France.

D’après le Boston Consulting Group, les meilleures banques digitales comme la caisse régionale ont un résultat avant impôts par client supérieur d’au moins 50 % par rapport à la moyenne.

Ces performances s’expliquent par un gain de productivité, des coûts plus restreints, une meilleure utilisation des données clients, mais surtout plus de ventes croisées et d’up selling.

Les banques digitales tirent parti des collectes de données effectuées via Internet pour mieux appréhender les besoins de leurs clients. Grâce aux informations transmises par les différents terminaux et à des analyses de marché perpétuelles, elles sont capables de prévoir les envies du client avant même qu’il ne les formule.

Grâce aux informations qu’elles disposent sur la cible, elles sont capables d’interagir de façon plus efficace avec cette dernière. Ce flux de données se traduit par une augmentation des performances commerciales, notamment en favorisant l’up selling, c’est-à-dire la vente d’un produit de gamme supérieur à celui préalablement envisagé par le client, et en affichant un taux de ventes croisées supérieur à la moyenne. L’expression « ventes croisées » désigne le fait de vendre plusieurs produits complémentaires. Par exemple, souscrire à un compte épargne et rajouter une assurance tous risques.

À la caisse régionale, la numérisation des procédés bancaires est effective depuis déjà de nombreuses années. En avance sur son temps, cette structure bancaire met à profit les données digitales qu’elle collecte pour constamment améliorer sa relation clientèle tout en boostant son chiffre d’affaires.

Une combinaison gagnant-gagnant pour un résultat au top !